skip to Main Content

L’isolation phonique d’une chambre

L’isolation Phonique D’une Chambre

    L’isolation phonique est nécessaire pour une chambre à coucher dans la mesure où l’endroit  inspire au calme et à la tranquillité. Par ailleurs, c’est le seul moyen d’atténuer les bruits extérieurs. Comme c’est aussi la pièce où l’on se ressource, la chaleur est est également la bienvenue.

    Pourquoi procéder à une isolation phonique d’une chambre

    Le niveau sonore est mesurée en Décibels, noté dB. A long terme, l’oreille humaine peut être affectée par un taux élevé de décibels pouvant entraîner de sérieux dégâts au niveau de l’appareil auditif. Sans parler du stress occasionné, de l’anxiété et la nervosité qui peuvent à la longue aller jusqu’à des troubles mentaux. Et pour cause, on parle déjà de niveau sonore élevé entre 65 à 85 dB même si l’oreille humaine peut supporter jusqu’à 130 dB.

    L’isolation phonique du sol

    En procédant à l’isolation acoustique du sol, on parvient à réduire considérablement les nuisances sonores. Mine de rien, la tranquillité engendrée et le calme, que ce soit durant la journée ou la nuit, vont impacter positivement le moral et la santé. D’autre part, la tranquillité aide à améliorer la qualité du sommeil. Si les matériaux utilisés ont une bonne performance isolante, ils vont permettre de faire d’une pierre deux coup en permettant par la même occasion une isolation thermique. De plus, les travaux d’isolation sont rentables du point de vue économie de chauffage et économie d’énergie, mais notamment sur le plan économique car vous avez la possibilité de diviser par deux les coûts des travaux. A condition de respecter certaines règles pour être éligible aux principales aides comme le crédit d’impôt ou les subventions de l’Anah.

    L’isolation phonique du sol : un inconvénient éventuel

    Le hic c’est que, dans la mesure où vous avez opté pour la pose d’un nouveau plancher, cela pourrait être un peu contraignant s’il n’est pas compatible avec l’existant. De plus, il faudrait penser à évacuer les lieux pour que les travaux soient plus faciles à réaliser.

    Isolation phonique du sol : les principes

    Les bruits aériens comme des éclats de voix ou une musique un peu trop forte passent au travers du plancher. Pareil pour les bruits d’impacts tels que bruits de pas ou bruits occasionnés par une chute ou déplacement d’objet. Ils se diffusent d’étage en étage dans un immeuble ou maison à plusieurs niveaux. Mais la diffusion se fait aussi par vibration.  C’est-à-dire dans les éléments horizontaux et verticaux du bâti. La diffusion des bruits est d’autant plus favorisée par les parquets et les revêtements carrelés. Or, il y a un niveau de décibel maximum requis entre les étages suivant la Réglementation Acoustique RA 2000. Cette même RA  impose un niveau de performance de DnTA de 53 dB.

    Pour pouvoir vivre à votre aise sans risquer d’être interpellé par le voisin de l’étage en-dessous, il faut penser à l’isolation du sol. De votre côté, si vous ne voulez pas être importuné par les voisins du haut, c’est le plafond qu’il faut isoler.

    L’isolation phonique du sol : les différentes méthodes

    Toutefois, pour que le plancher soit efficacement isolé, il faut assurer une continuité entre l’isolation de l’ensemble (murs, plafonds…) afin d’éliminer tous les ponts thermiques de la maison.

    Des revêtements de sol flexibles comme les moquettes avec sous-couche en caoutchouc parviennent avec efficacité à amortir le bruit d’impact sur un plancher en béton. Mais ils ne seront pas suffisants pour les planchers légers.

    En construction, la méthode d’isolation du sol la plus courante consiste à l’installation d’un isolant d’une certaine épaisseur (environ 6cm) par-dessous de la chape flottante ou  sous le carrelage. Mais cette méthode ne convient pas en cas de rénovation car le plancher sera alors élevé et cela va perturber les ouvertures. Dans ce cas, plusieurs options sont possibles. Soit la chape sèche sur sous-couche, la pose de laine minérale en panneaux sur les dalles du plancher, ou le carrelage collé ou la sous-couche sous parquet. Inutile de préciser que le choix des techniques et des matériaux vont dépendre de la nature du plancher à isoler.

    L’isolation des murs et des cloisons

    D’autre part, les murs et cloisons des chambres demandent également une attention particulière. Ainsi, la chambre conservera mieux la chaleur en habillant ses parois donnant sur l’extérieur. Vous pouvez procéder par doublage des murs par ossature métallique, par doublage thermo-acoustique à coller, ou recourir au placo phonique qui est une combinaison de laine minérale et de plaque de plâtre phonique.

    Par ailleurs, une isolation intérieure limitera l’entrée des bruits.Néanmoins, vous pouvez également créer un caisson de 10 cm et de procéder à l’isolation par insufflation au moyen de la ouate de cellulose par exemple, qui réduit les bruits provenant de l’extérieur de 45 dB.

    Pour les cloisons, une simple isolation phonique suffira. Une simple cloison en plaque de plâtre est quand même à proscrire au profit d’un dispositif plus performant.

    Importance des conseils avisés d’un professionnel

    Avant de procéder aux travaux, tenez toujours compte de l’avis d’un professionnel afin qu’il fasse au préalable un état des lieux des murs et qu’il vous oriente sur la meilleure solution et les différents paramètres à mettre en œuvre pour l’ensemble de la structure. Ventilation y compris. Il pourra alors vous proposer différentes solutions qui tiennent compte de la configuration de l’endroit. Les isolants les plus communément utilisés sont la laine de verre, ou la laine de roche. Mais le mieux est de vous renseigner sur les différentes méthodes disponibles ainsi que les différents matériaux existants.

    L’isolation des fenêtres

    Si vos fenêtres datent un peu, il est possible qu’elles soient dotées d’un simple vitrage. Ce qui n’a rien d’avantageux ni sur le plan confort acoustique ni thermique. Au même titre que les combles, les fenêtres sont également responsables d’importantes déperditions thermiques. Si vous tenez à améliorer la performance énergétique de votre maison dans le but de faire des économies de chauffage, vous avez tout intérêt à les changer.

    Pour réussir l’isolation thermique des fenêtres, 2 facteurs clés sont à prendre en compte : le vitrage et la structure. De par sa composition, le double vitrage réunit toutes les conditions nécessaires pour une bonne isolation thermique et acoustique. Mais il existe aussi des vitrages spécialement conçus si vous vous trouvez dans un emplacement particulièrement bruyant.

    Le choix du matériau

    Si la structure est bonne, le choix du matériau importe peu, qu’il soit PVC, bois ou alu. En effet, conçues suivant des technologies de pointe, les fenêtres sont aujourd’hui très performantes quel que soit le matériau. Toutefois, si votre région fait l’objet d’hivers rigoureux, le bois est quand même préconisé. Mais vous pouvez combiner bois et alu pour plus d’efficacité.

    Et comme la diffusion du bruit se fait également par le sol et le plafond, vous risquez de vous retrouver avec davantage de bruit sans l’isolation du plafond.

    L’isolation du plafond

    Même si l’isolation du plafond est relativement facile à mettre en œuvre, elle demande une certaine connaissance technique. Par conséquent, le choix des matériaux est primordial car tous n’ont pas les mêmes caractéristiques. Du coup, choisissez-les en fonction de vos attentes. De même, le type d’isolant doit être en fonction de la configuration de la pièce. Il peut être en rouleaux, en plaque, à insuffler ou pourquoi pas un faux plafond isolant.

    Pour les bruits aériens par exemple, comme la télé ou la musique, le faux plafond en plaque de plâtre va créer un écran acoustique qui sera fixée sur des suspentes antivibratiles. Vous n’aurez plus qu’à garnir l’espace vide entre le plafond et le faux plafond de laine végétale ou de laine minérale.

     

    * champs obligatoires

    Back To Top