skip to Main Content

L'isolation phonique du plafond

Forte heureusement, l’isolation phonique du plafond vous fera oublier les tracas de la vie en appartement.
On connaît tous cette désagréable impression de parfois vivre avec les voisins du dessus . Le bruit de leurs pas, celui de leurs chaises quand ils sont à table… La liste des nuisances sonores est encore longue. Petits conseils pour vous aider.

Combattre le bruit à la source

Dans la lutte contre les bruits de voisinage, le traitement à la source demeure la meilleure solution. Avant d’opter pour l’isolation de votre plafond, essayez d’abord de négocier avec les voisins du dessus. Dans la majorité des cas, des solutions simples et peu coûteuses suffiront à éliminer les nuisances.

Il existe plusieurs types de bruits. Les bruits de pas sur un plancher appartiennent à la catégorie des bruits d’impact. Ces bruits se diffusent directement d’une pièce à l’autre à travers une paroi commune, ici le plancher/plafond entre deux étages superposés. Pour y remédier, votre voisin pourra simplement poser un revêtement adapté capable d’amortir les chocs.

Dans le cas d’un plancher lourd, poser sur le sol un revêtement souple munie d’une sous-couche réduit de 15 à 20 dB le niveau sonore des bruits. À titre de comparaison, une diminution de 10 dB résulte en une réduction de moitié des nuisances perçues. La sous-couche sert à absorber davantage de vibrations sonores, freinant ainsi leur propagation vers les niveaux inférieurs.

Le choix du matériau est primordial pour l’efficacité de cette sous-couche. L’isolant sera choisi en fonction de ses performances acoustiques. En cas de sol plastique, la sous-couche sera idéalement en vinyle. Si le sol est revêtu d’une moquette, une sous-couche en caoutchouc sera installée par-dessous.

Le coût de ses installations n’excèdent pas 10 € du m2 et elles sont soumises à une TVA réduite à 10 %. Si malgré tout vos voisins ne veulent pas coopérer, l’isolation phonique de votre plafond pourra entrer en jeu.

Installation d'un faux plafond

L’isolation à proprement parlé d’un d’un plafond passe par la création d’un faux plafond acoustique. Il y a deux types de faux plafonds acoustiques.

  • À ossature munie de suspente

Il s’agit d’une structure constituée de plaques de plâtre vissées à une ossature en métal. Le tout est ensuite fixé au plafond à l’aide de suspentes. L’espace ainsi créé, appelé aussi plénum, sera par la suite rempli par un isolant fibreux, en panneaux ou en rouleaux. Ce sera cet isolant qui amortit les sons suivant le principe de masse-ressort-masse.

Néanmoins, ce dispositif n’élimine pas totalement la propagation des bruits d’impact qui se feront entendre de temps en temps. En effet, les suspentes et l’ossature métallique transmettent les vibrations sonores aux plaques de plâtre. Pour pallier à ce problème, il existe des suspentes anti-vibratiles vendues dans le commerce.

  • À ossature longue portée

La meilleure solution reste toutefois le recours à une ossature de type longue portée qui est fixée d’un mur à un autre. De la sorte, le faux plafond est complètement désolidarisé du plafond situé au dessus. De même que pour la solution précédente, l’isolant sera posé sur l’ossature et des plaques de plâtres seront vissées sur cette dernières.

Il est à noter que contrairement à ce que l’on peut croire, la performance en isolation phonique d’une laine minérale est indépendante de sa densité. Ainsi, les laines les plus lourdes n’offrent pas toujours les meilleures performances sur le plan acoustique. Ainsi, la laine de verre plus légère donne-t-elle à peu près les mêmes résultats que la laine de roche. Ceci s’explique par une optimisation de l’effet masse-ressort-masse due à la structure plus homogène de la laine de verre ainsi qu’à ses fibres plus longues et plus élastiques.

Importance du diagnostic

Pour lutter efficacement contre les nuisances sonores, plus particulièrement les bruits d’impacts, il est important de les considérer dès la conception d’un bâtiment. C’est ce qui complique les travaux d’isolation phonique dans la rénovation. Même si on traite le plafond, les bruits pourront toujours se propager à travers les murs adjacents. L’isolation de ces derniers devient ainsi inéluctable. Seule une isolation continue, suivant le principe de la “boîte dans la boîte”, permettra de se prémunir au maximum des bruits. Les nuisances sonores seront ainsi canalisées et ne parviendront plus à s’immiscer à l’intérieur d’une pièce ou d’une maison. D’où l’importance qui doit être accordée au diagnostic acoustique avant de procéder aux travaux. Ceci évitera de nombreuses interventions à la fois coûteuses et longues pour insonoriser petit à petit les parois d’un bâtiment.

Le confort acoustique prend une place de plus en plus importante dans le débat public. Dorénavant, les bâtiments neufs doivent répondre à des normes strictes (un abaissement d’au moins 35 dB du niveau sonore par rapport à l’extérieur). Les bâtiments anciens ne sont pas encore soumis à ce genre de normes, laissant aux propriétaires le soin d’isoler leur bien à leur guise.

Découvrez nos derniers articles
Isolation Plafond

Comment réaliser l’isolation phonique du plafond

L'isolation phonique du plafond s'avère efficace pour réduire les bruits…

En savoir plus

Faux plafond acoustique pour l’isolation phonique du plafond

Le faux plafond acoustique constitue une solution idéale pour s'isoler…

En savoir plus
Back To Top