fbpx skip to Main Content

Comment réussir l’insonorisation d’une pièce

Comment Réussir L’insonorisation D’une Pièce

: trouvez des

Demandez des devis aux de votre région pour .

Insonoriser une pièce permet de limiter les réverbérations du son. Bien que toutes sortes de bruits et de sons font obligatoirement partie de notre quotidien, il n’en reste pas moins que leur caractère omniprésent constitue une source d’agacement. Nous vous livrons quelques astuces pour réussir l’insonorisation de votre pièce.

L’insonorisation ou l’isolation acoustique

Par définition, l’insonorisation ou l’isolation acoustique consiste à rendre une pièce plus silencieuse en empêchant les bruits intérieurs de sortir et en constituant une barrière contre les bruits externes qui, sans nul doute, peuvent  être parfois gênants.

Comme le son est d’origine aérienne (la musique, bruit ambiant…), sa diffusion se fait aussi par voie aérienne ou par vibration. Bref, quand vous ne voulez pas que les voisins soient au courant de ce qui se passe à l’intérieur de votre maison, ou que vous ne voulez pas déranger votre entourage, insonoriser une pièce la meilleure solution. L’exemple le plus proche est le cas d’un studio d’enregistrement ou de musique.aire également entre deux planchers ou murs adjacents, les plafonds et même par les prises électriques ou les bouches des chauffages.

C’est pour cette raison qu’il faut toujours être vigilant quant à la mise en place d’une parfaite étanchéité, parce que les sons s’échapperont par la moindre faille. On parvient mieux à insonoriser une pièce en suivant le principe de la boite pour l’assemblage du mur et du plafond. En l’occurrence, on peut mettre des matériaux comme la ouate de cellulose, de la Sonopan ou de la laine insonorisante à l’intérieur de l’assemblage. L’extérieur sera hermétiquement fermé par des panneaux rigides de type contre-plaqué ou gypse. Cette technique est très efficace pour absorber toutes sortes de bruits. Évidemment, d’autres solutions existent. Mais pour un résultat optimum, il faut qu’elles tiennent compte des principes de base de l’insonorisation.


Insonoriser une pièce : les différentes modalités à prendre en compte

Pour réussir votre insonorisation, vous devez prendre en compte plusieurs modalités. A savoir, l’indice d’affaiblissement acoustique de l’isolant exprimée en Rw, son indice d’efficacité aux bruits de choc noté en dB ainsi que son indice d’absorption acoustique noté en aw. Ce sont des mesures uniques et communs pour tous les matériaux de construction.

Insonoriser une pièce : les principes à respecter

De prime abord, le matériau d’isolation doit être le plus lourd possible. En effet, c’est la masse élevée de l’isolant qui garantit son efficacité acoustique.

Ensuite, il faut supprimer tout « effet tambour ». Si les cavités de la structure présentent des creux, la réverbération des ondes est inévitable. Donc évitez au maximum les espaces libres ou vides.

Pour terminer, il faut séparer les différents composants de la structure à isoler pour éviter que le son ne se propage et ne se répercute sur un endroit donné. C’est ce qu’on appelle “le principe de la désolidarisation”.

Insonoriser une pièce : quelles méthodes privilégier ?

Pour une meilleure insonorisation, il faut isoler le plafond, les murs et les planchers. S’agissant du plafond, 2 options se présentent. L’isolation sans retrait et avec retrait.

L’isolation du plafond

La première optique pour insonoriser une pièce, c’est-à-dire l’isolation sans retrait, consiste à l’installation d’une deuxième couche de planches de gypse sous l’existant, qui sont plus intéressantes que les panneaux en fibre de bois côté efficacité acoustique. Des colombages en métal standard de 2,5 pouces sont à visser aux fourrures du bois du plafond actuel, toutes les 24 pouces. Puis des coussins de laine de fibre de verre rose seront insérés entre les colombages. Enfin, une couche de planches de gypse sera fixée à ces derniers.

Pour une isolation avec retrait du plafond, vous devez donc retirer le plafond et les fourrures de bois fixés aux solives pour ensuite insérer l’isolant entre ces derniers et remplir la cavité.

Des profilés métalliques seront ensuite fixés sous le plancher à chaque tranche. Puis posez 2 planches de gypse que vous visserez aux profilés avec chevauchement des joints. Pour en assurer l’étanchéité, vous n’aurez plus qu’à apposer un joint de scellant acoustique sur le périmètre du raccordement mur et plafond, entre les 2 couches de gypse.

Insonoriser une pièce par les murs

Les murs seront isolés avec des panneaux de gypse d’une double épaisseur que vous installerez sur des barres résilientes. Attention à ne surtout pas les poser directement sur les colombages. En procédant à cette technique, vous n’aurez pas à ouvrir les murs.

L’autre méthode consiste à remplir les cavités d’isolants acoustiques tels que la laine de verre, la laine de roche ou l’injection de cellulose qui s’avère plus efficace.

L’installation de barres résilientes est aussi une méthode infaillible pour absorber l’impact des bruits.

L’isolation des planchers

Pour finir, l’isolation des planchers permet de mieux isoler phoniquement une pièce. Un membrane acoustique en mousse alvéolée, en caoutchouc ou en polyéthylène conviendra parfaitement dans le cas d’un plancher flottant. Toutefois, tenez compte que pour un choix de membrane trop mince, il en résultera une moindre efficacité. Le double encollage est un dispositif souvent préconisé par les professionnels pour un plancher de bois franc.

Vous serez sûr de ne pas vous tromper dans le choix de la membrane en misant sur sa performance mécanique et son rendement acoustique. Votre entrepreneur du bâtiment pourra sûrement vous orienter sur la meilleure option. D’autant plus qu’une membrane incompatible avec votre revêtement du sol sera susceptible de causer d’énormes dégâts. Parmi lesquels, on peut citer les déformations, ou un soulèvement de votre revêtement de sol. De ce fait, elle sera impérativement choisie en fonction du type de plancher à installer.

Renforcer l’isolation

Pour terminer, l’isolation acoustique sera renforcée à l’aide de portes pleines et non vides, dotées d’un coupe-froid. De même, ayez recours à au moins 3 matériaux résilients pour constituer de façon optimum votre structure isolante.

Penser à l’insonorisation de l’habitation préalablement à sa construction

Si vous avez un projet de construction, il est essentiel de penser à son insonorisation pour un confort acoustique supérieur. Suivant le résultat escompté, il est possible de choisir d’associer plusieurs matériaux ou méthodes d’isolation acoustique. A savoir :

La mise en place de 2 rangs de gypse de 5/8’’ et de type X, la barre résiliente, l’OSB ¾, les panneaux absorbantes, l’injection de cellulose, etc. A noter que cette injection permet d’optimiser l’isolation des plafonds. Injectée dans les murs, la cellulose fait encore profiter d’un meilleur confort acoustique.

Comment limiter les dérangements occasionnés par les nuisances sonores ?

Le remplissage des cloisons situées entre les pièces de vie à l’aide d’isolant acoustique permet de supprimer la transmission des bruits. L’insonorisation des cavités murales se fait en les remplissant de cellulose ou de laines minérales soufflées. Outre la cellulose, le chanvre, la paille et le coton constituent aussi d’autres excellents isolants phoniques. La mise en œuvre de ces matériaux présente toutefois quelques complexités, rendant plus intéressante l’utilisation d’autres solutions acoustiques. Par ailleurs, des études ont pu démontré que les panneaux en fibres de bois présentent en fait une efficacité moindre par rapport au double mur de gypse.

Astuces et conseils visant à améliorer l’insonorisation de sa maison

On n’arrive pas toujours à obtenir la qualité d’insonorisation qu’on recherche, alors que les bruits ambiants émanant du voisinage peuvent être tellement dérangeants. Heureusement, quelques astuces peuvent être appliquées pour rester en bons termes avec ses voisins. La première consiste à armer les murs contre le son en posant par exemple des cloisons sèches en panneaux de gypse ou placo plâtre acoustique.

Pour ce qui est du plafond, on peut améliorer son insonorisation en insérant un isolant entre les solives au niveau du plancher. Un doublage en panneau de gypse peut être vissé par la suite. Un scellant acoustique servira à parfaire l’opération. Si le son s’invite à la partie côté plancher, on peut le détacher de la structure en posant un sous-plancher, que l’on ne va ni clouer ni visser.

Il agira dans ce cas comme une simple membrane acoustique. Et comme la rigidité d’un revêtement va le désinsonoriser encore plus, le fait d’adjoindre un tapis va amoindrir les vibrations ou les bruits de choc. Par ailleurs, le bouchage des interstices, des fentes au niveau de l’éclairage, des moulures, des menuiseries des ouvertures ou des interrupteurs à l’aide d’un scellant acoustique, améliore l’insonorisation d’une pièce.

Prix de l’insonorisation d’une pièce

En allouant un certain budget, il est possible de réduire l’inconfort sonore. Les travaux d’insonorisation d’une pièce se calcule la plupart du temps par m². Pour le cas d’une isolation acoustique des murs intérieurs, l’acquisition des matériaux avec l’installation est estimé à peu près dans les 20 euros le m². Mais cela peut atteindre les 40 euros suivant le cas. La somme à prévoir sera moins importante pour un comble habitable : près de 10 euros/m².

Faire établir un diagnostic acoustique est toujours dans votre intérêt. Avec son expertise et à l’issue d’une analyse de votre situation, le professionnel pourra vous orienter vers les matériaux avançant les performances les plus intéressantes pour vos murs. Les matériaux utilisés sont souvent des laines végétales. Parmi celles-ci, on retrouve la laine de bois et la fibre de bois, la laine de chanvre, la ouate de cellulose ou les panneaux de liège.

Les panneaux acoustiques avec un cœur en laine minérale sont souvent les plus efficaces parmi les autres isolants phoniques. A choisir prêt-à-poser ou nécessitant une ossature. Concernant le plafond, leur isolation phonique est aussi incontournable en vue de supprimer les bruits d’étage et les bruits d’impact, particulièrement dérangeants.

Côté prix, l’insonorisation du plafond sera un peu plus important que celui du mur : 30 euros/m². Entre la cellulose, le polystyrène, le liège et la perlite, cette dernière avance des performances supérieures, moyennant un prix plus élevé : environ 200 euros/m².

GRATUIT ET SANS
ENGAGEMENT

Notre service est 100% gratuit
et ne vous implique aucunement
à passer à l’achat

RAPIDE

Les entreprises vous rappel
très rapidement afin
d’effectuer un devis sur mesure

QUALITÉ ET CHOIX

Nos entreprises sont agréés
et sélectionné pour leur
rigueur et leur sérieux.

Devis

Jusqu'A  3 devis en 5 minutes.
Cliquez ici
Back To Top