skip to Main Content

Tout sur les isolants phoniques en laine végétale : chanvre, lin, bois…

Tout Sur Les Isolants Phoniques En Laine Végétale : Chanvre, Lin, Bois…

    La laine de bois, laine de chanvre, laine de lin et laine de coton sont parmi les plus connus des isolants écologiques. Ce sont des matériaux bio-sourcés qui n’ont de fait aucun impact négatif sur la santé ni sur l’environnement. En effet, lors de la réhabilitation d’une bâtisse ou au moment de sa conception, il est indispensable de connaître les dangers liés aux matériaux à utiliser : fibres allergènes pour les laines minérales, libération de gaz toxiques pour les matériaux synthétiques (exemple : polystyrène), etc… En ce qui concerne les isolants naturels, en l’occurrence les laines végétales, ils sont parfaitement inoffensifs pour la santé.

    La laine de bois 

    Les laines végétales constituent une isolation phonique durable. La laine de bois figure parmi les isolants végétaux les plus réputés. Comme la plupart, elle est recyclable et constitue un bon isolant thermique et acoustique (λ = 0,040 W/m.K). De par sa grande perméabilité (μ=1 à 3), c’est la solution parfaite pour les vieux bâtiments à parois perspirantes. Par ailleurs, sa haute densité retarde la pénétration de la chaleur dans les locaux et limite l’installation des rongeurs. La laine de bois est très robuste (durée moyenne : 50 ans) et s’adapte à n’importe quel type de support. Malgré ses avantages, elle est encore peu prisée par les particuliers à cause de son coût élevé (environ 20 euros/m2). Les spécialistes d l’isolation favorisent la laine de bois notamment pour l’isolation des rampants de sous-toiture et des parois verticales. Elle a une double fonction d’isolation phonique et thermique et s’avère efficace dans les deux configurations.

    La laine de coton

    Si le principal atout de la laine de bois réside dans sa densité, la laine de coton, en revanche, trouve son attrait dans sa légèreté. Pesant environ 10kg/m3, elle convient parfaitement à l’isolation des planchers ou des combles. En outre, elle est très performante sur le plan thermique, lambda oscillant entre 0,039 et 0,042 W/m.K. La laine de coton est un matériau respectueux de l’environnement : en plus d’être recyclable, elle-même est obtenue par recyclage de reliquats textiles ou de vêtements usagés. La laine de coton est un excellent régulateur hygrométrique. Elle est surtout efficace en isolation thermique des parois verticales, de la sous-toiture et des planchers. La laine de coton est disponible sous forme de panneaux semi-rigide, en rouleaux ou en feutre.

    Comme la laine de bois, son prix constitue le principal frein à son utilisation : elle coûte en moyenne 20 à 25 euros/m2.

    La laine de chanvre 

    Le chanvre est un isolant thermique et acoustique particulièrement performant (λ= 0,035 W/m.K). Rempart efficace contre le feu, ce matériau résiste aussi à l’humidité et éloigne les rongeurs. Sa légèreté (40 kg/m3) et sa facilité de pose en fait l’alternative idéale pour l’isolation des combles. Cependant, sa structure rêche et cassante rend délicat la découpe sur le chantier. La laine de chanvre se présente sous forme de rouleaux ou de panneaux semi-rigides. En rouleaux, elle coûte aux alentours de 15 euros/m2 pour 100 mm, en panneaux semi-rigides elle coûte environ 17 euros/m2 pour 100 mm. Malgré son coût assez élevé, la laine de chanvre demeure très appréciée à cause de ses performances thermiques, de sa durabilité (40 à 50 ans) et de sa propriété recyclable.

    La laine de lin

    Très solide, le lin a des qualités très proches du chanvre. La laine de lin se révèle un excellent isolant (λ = 0,037 à 0,042 W/m.K). Tout comme le chanvre, elle résiste à l’humidité et se détériore peu avec le temps. Grâce à son pouvoir hygroscopique, elle est en mesure d’absorber puis de réémettre une quantité importante d’eau sans se dégrader. Sa conception se fait à partir de fibre de la plante et sa texturisation avec des fibres de maïs ou de polyester. La laine de lin convient parfaitement pour l’isolation des combles, l’isolation des planchers ou du plafond. Élaborée dans une démarche environnementale, la laine de lin est un matériau tout à fait recyclable. Côté mise en oeuvre, la laine de lin est bien plus douce que le chanvre. Elle est de fait facile à installer car non-irritante. Son prix reste abordable car elle coûte en moyenne entre 25 et 30 euros/m2.

    Comment choisir son isolant végétal ?

    Les isolants d’origine végétale comme la laine de bois, laine de coton, laine de chanvre et laine de lin permettent la réalisation d’un bâtiment éco-conçu. Si les matériaux en laine végétale sont dans l’ensemble respectueux de la santé et de l’environnement, chacun d’entre eux se destine à une utilisation bien définie.

    Choisir son isolant selon son usage

    Pour mieux choisir votre isolant, tenez avant tout compte de l’usage que vous en ferez. Effectivement, il y a des isolants qui s’adaptent mieux à l’isolation des murs ou des planchers, du support de couverture ou du sous-chape par exemple.

    Choisir l’isolant selon ses caractéristiques mécaniques

    Le type d’isolation est un autre critère à considérer. Choisissez votre matériau en tenant compte des indications comme la perméabilité de l’isolant, sa densité et sa conductivité thermique. Sans oublier les caractéristiques techniques nécessaires comme sa résistance à la vapeur, et à l’humidité, son comportement au feu et à la chaleur etc… Et dans la mesure où l’isolation est faite pour durer environ une décennie, renseignez-vous sur sa durée de vie. Cette dernière peut être déterminante dans votre choix. En tant que citoyen eco-responsable, ne négligez pas le bilan environnemental de l’isolant. On parle là notamment de son éventuel effet de serre (pour les isolants synthétiques surtout) ou le caractère de l’isolant en tant qu’énergie primaire etc…

    [sm action= »named_sr_form » form_name= »isolation_phonique »]

     

    Back To Top