skip to Main Content

Isolation phonique d'une pièce

On procède à une isolation phonique d’une pièce que ce soit pour de mettre en place un studio d’enregistrement ou tout simplement se créer un cocon à l’abri de toute nuisance sonore. Pour cela, il faudra pour cela insonoriser un endroit de la maison. Cet article vous aidera vous y retrouver.

Faire soi-même l’isolation phonique d’une pièce

En fonction de ses besoins, il n’est pas toujours nécessaire d’effectuer de grands travaux pour l’isolation phonique d’une pièce. Ces quelques solutions pratiques et faciles à installer suffiront à ceux qui ne sont pas très bricoleurs ou à ceux qui ont un budget limité.

Rideaux épais

Accrocher des rideaux aux murs amortira une quantité non négligeable de vibrations sonores qui viennent des autres pièces ou de l’extérieur. Plus le tissu sera épais, mieux il amortira les bruits. Bien évidemment, cette solution fonctionnera encore mieux en parallèle avec des murs (et des fenêtres) déjà isolés.

Installer une bibliothèque

Mettre une bibliothèque garnie de livres ou d’autres objets contre un mur est également une solution très efficace pour isoler phoniquement une pièce de la maison. En effet, la masse supplémentaire rajoutée à la paroi d’origine aidera cette dernière à mieux absorber les sons.

Poser un bas de porte

L’espace entre le bas d’une porte et le plancher constitue une véritable brèche dans l’isolation phonique d’une pièce. Pour remédier à cela, il est impératif de combler ce vide. L’installation d’un bas de porte est tout indiquée !

Panneaux acoustiques

Pour parfaire cette installation, il est possible de poser des panneaux acoustiques sur les murs et le plafond. Largement disponibles dans le commerce, ces panneaux sont très simples à installer puisqu’il suffit de les coller aux parois. Certains modèles sont directement équipés de bandes adhésives. Pour d’autres, il faudra utiliser un spray adhésif. Ces panneaux sont particulièrement intéressants si l’on veut utiliser la pièce pour un usage bruyant et répété (salle de répétition, studio d’enregistrement, etc.).

Isolation phonique plus poussée d’une pièce

Pour protéger une pièce de façon plus optimale contre les bruits, il faudra procéder à des travaux plus conséquents.

Des contre-cloisons aux murs

Pour assurer l’isolation phonique d’une pièce contre les bruits aériens, il faudra isoler les murs (et les éventuelles cloisons) avec une contre-cloison.

  • Ossature

Il faudra avant tout poser une ossature. Il est indispensable de dissocier cette ossature du mur puisque ça permettra de coupe le passage aux vibrations sonores. Par-dessus, des plaques de plâtres seront fixées. L’espace vide laissé entre le mur et la plaque de plâtre sera rempli par un isolant phonique.

  • Isolant

Dans le choix de l’isolant, les matériaux naturels sont les plus efficaces. Les laines minérales représentent un excellent compromis entre confort thermique et confort acoustique tout en affichant des prix accessibles. Si les isolants synthétiques sont les plus abordables, ils sont cependant très peu performants sur le plan acoustique.

  • Étanchéité

Enfin, pour assurer l’étanchéité du dispositif, il ne faudra pas oublier de calfeutrer les fentes qui existent entre les plaques de plâtre. Le choix en calfeutrage acoustique est large dans le commerce. Malgré tout, si vous n’arrivez pas à trouver un calfeutrage dans la couleur souhaitée, vous pouvez toujours opter pour un modèle qui peut être repeint. Il est également à noter que du simple mastic suffira amplement pour traiter les fentes les plus petites.

Un faux-plafond

Cette opération s’apparente beaucoup à la précédente, à savoir la mise en place d’une contre-cloison en guise d’isolation phonique d’un mur dans une pièce. Le but est toujours de créer un effet masse-ressort-masse. Selon ce principe, deux parois massiques, ici le plafond et le faux-plafond, seront séparées par une couche d’isolant.
Il faudra ainsi fixer un panneau à une ossature métallique. Pour limiter au maximum la propagation des bruits d’impact (bruits de pas, chute d’objets, etc.) à travers les structures, il est impératif d’accrocher l’ossature à l’aide de suspentes anti-vibratiles. Si les bruits de chocs sont trop importants ou récurrents, la meilleure solution restera de fixer le faux-plafond aux murs adjacents.
Il ne reste alors qu’à remplir l’espace situé à l’intérieur du faux-plafond par un isolant phonique. De même que pour l’isolation des murs, les matériaux naturels sont les meilleures options pour une bonne isolation contre les nuisances sonores.

Insonoriser le sol

Pour compléter une isolation phonique, le sol ne doit pas être oublié. Deux possibilités existent : poser un système isolant par-dessus la chape du plancher ou bien l’intégrer à cette dernière. La première solution est plus facile à mettre en œuvre et beaucoup plus abordable. Elle sera privilégiée dans le cas d’une rénovation. La deuxième option consiste à couler une première chape puis à poser l’isolant avant de couler dessus une deuxième couche de béton. Cette seconde option affecte directement la structure du bâtiment en y ajoutant une masse supplémentaire. Dans la majorité des cas, elle ne sera donc possible qu’en rénovation.

Comme pour toute isolation, phonique ou thermique, l’isolation phonique d’une pièce repose avant tout sur l’établissement d’une barrière continue contre le son. Isoler uniquement une partie d’une pièce ne changera que marginalement son acoustique.

Découvrez nos derniers articles
Back To Top