skip to Main Content

Immeuble collectif : comment réussir l’isolation phonique de son logement ?

Immeuble Collectif : Comment Réussir L’isolation Phonique De Son Logement ?

    Optimiser l’isolation phonique d’un immeuble collectif est capital. La fréquence et l’intensité des bruits qui se transmettent dans les bâtiments collectifs sont bien plus importantes que dans les maisons individuelles. Un bon nombre de facteurs peut conduire à cet environnement acoustique désagréable. Parmi eux, une isolation acoustique médiocre à la base. Cette situation concerne les parois de la pièce elle-même, comme les murs, le plafond, le plancher, mais aussi, l’environnement de la pièce comme la cage d’ascenseur, la tuyauterie, etc. Sans un travail de haute ingénierie durant la construction, il va être difficile de mettre en place un système d’isolation efficace quand le bâtiment est livré, mais ce n’est pas pour autant tout à fait impossible.

    Y a-t-il des règles pour isoler son appartement ? 

    Dans le cadre d’une copropriété, que l’on soit propriétaire ou locataire, tout type de travaux pouvant modifier les caractéristiques initiales du logement ou du bâtiment doit recevoir l’aval du Syndic. Dans le cas contraire, l’occupant pourrait être enjoint à remettre en état la partie touchée. Il en est ainsi de l’isolation acoustique du logement dont les règlementations techniques ne sont pas encore établies de manière complète. Celles-ci, en l’occurrence le décret ministériel du 14 juin 2016, ne touchent en effet que les bâtiments à proximité de sources de bruits importantes comme l’aéroport, la gare, les axes routiers, etc. Quoi qu’il en soit, les solutions en matière d’isolation phonique des appartements existent bel et bien.

    En quoi consiste une isolation phonique en appartement ?

    L’isolation acoustique met en place un dispositif qui vise à la fois à empêcher les bruits de traverser les cloisons pièce par pièce, mais aussi à améliorer la diffusion des sons à l’intérieur du bâtiment. Mais tout cela part de divers constats, à commencer par l’environnement sonore du milieu, les sources des bruits et les solutions les plus appropriées, tenant compte de l’avis et du concours d’experts en acoustique. Ainsi, on doit :

    Connaître les caractéristiques du bâtiment

    Il faut avant tout prendre l’ancienneté de l’immeuble en compte. Les immeubles anciens (déjà construits et habités) ont chacun leur spécificité, principalement en ce qui concerne l’étanchéité aux bruits et la résistance aux vibrations. Dans les périodes d’après-guerre par exemple, les constructions ne considéraient pas encore l’isolation phonique comme une nécessité, si bien que les logements collectifs construits avant les premières normes acoustiques des années 1970 souffraient tous d’une isolation exécrable. De leur côté, sans une planification spécifique, les nouveaux bâtiments peuvent avoir différents niveaux d’isolation anti-bruit.

    Identifier les sources de bruits

    Les causes des bruits et des vibrations sont nombreuses. Elles constituent la base des travaux d’isolation, lesquels doivent considérer 3 principaux types de bruits avec chacun leurs sources. Ce sont les bruits solidiens dus aux chocs, les bruits aériens dont le son transmis par l’air ainsi que les vibrations. Cette dernière n’est autre que le mouvement des parois faisant suite au mouvement d’un solide comme un appareil en marche, de l’eau qui coule, etc. Le souci avec une isolation phonique en appartement, c’est de devoir travailler sur chacun de ces types de bruits, et de trouver l’isolant compatible et performant selon l’intensité desdits bruits.

    Étudier les possibilités de réussites de l’opération d’isolation phonique dans un immeuble collectif

    Eu égard aux premiers paramètres cités ci-dessus, dans le cadre d’un bâtiment commun surtout, la dispersion des bruits se fait de mille manières. L’isolation du plafond seul ou des murs uniquement ne peut assurer à donner à toute une pièce ou un appartement un caractère étanche vis-à-vis des bruits. En effet, en s’introduisant à travers le plancher du dessus et en arrivant au plafond du dessous par exemple, les bruits de pas ou ceux des équipements se transmettent par vibration aux murs, etc. À cela s’ajoutent les bruits issus d’autres sources extérieures à l’appartement, comme le déplacement de l’ascenseur, le ronronnement de la plomberie, etc.

    Toutes ces facettes de la transmission des bruits doivent de ce fait, faire l’objet d’une analyse approfondie, de manière à apporter la solution appropriée pour isoler acoustiquement son foyer. Pour un résultat sûr, il va falloir engager l’œil, l’ouïe et le savoir-faire d’un expert en acoustique, le seul à même de déterminer à quels types de nuisances on a affaire. De même, que ce soit pour le choix des dispositifs isolants ou de leur pose, il est préférable de faire appel au pro.

    Back To Top