skip to Main Content

Bruits de voisinage : comment s’en protéger ?

Bruits De Voisinage : Comment S’en Protéger ?

    Être en bons termes avec les voisins, et préserver cette bonne entente, c’est important pour une bonne vie en communauté. Alors, comment se réduire les bruits de voisinage ? Ou comment protéger sa vie privée quand les murs ont des oreilles ?

    Qui doit isoler les parois contre les bruits de voisinage ?

    Il est vrai que les règles connues en matière de relations de voisinage en instituent également des sanctions ou des injonctions pour les voisins tapageurs, de nuit et/ou de jour. Il existe des recours légaux qui permettent d’obliger ces derniers à user de tous les moyens pour atténuer les sons provenant de leur logement. Le souci, c’est que la procédure est difficile et la démarche nécessaire va prendre un certain délai. Du coup, c’est souvent au foyer qui subit la nuisance qu’incombe l’obligation de trouver une solution, surtout quand les voisins en question sont plutôt sympathiques, mais oublieux et inconscients des troubles que les bruits causent à leurs voisins.

    D’autre part, il se trouve qu’avec une bonne isolation acoustique de chez soi, on assure une bonne intimité. D’ailleurs, quand on est voisins du dessus, la moindre des choses à faire pour éviter de stresser ceux d’en bas est de les préserver des bruits de pas incommodants ou du chahut des enfants, etc. Tout est à la fin, une question de moralité.

    Quelles sont les techniques courantes pour isoler phoniquement les parois ?

    Tous les moyens sont presque bons pour avoir les oreilles en paix. Mais si une maison de type pavillon peut bénéficier d’un parterre de solutions efficaces, l’isolation par l’extérieur en l’occurrence, il sera un peu moins facile pour les propriétés ou habitations contiguës d’avoir un excellent système d’isolation acoustique. Cependant, rien n’est impossible avec les progrès actuels et si l’on se réfère à des professionnels du domaine.

    Il existe d’ailleurs un bon nombre de techniques pouvant remédier aux troubles sonores provenant du voisinage. Parmi elles, il y a :

    Le traitement du plafond

    S’il n’est pas possible de retirer le plafond, cas du logement se trouvant au second niveau d’un immeuble de 4 étages par exemple, il est toujours possible de doubler cette paroi pour l’isoler. À cet effet, il va falloir installer des colombages pour soutenir les isolants qui sont généralement de la laine minérale épaisse. On peut ensuite les couvrir par des lambris de plâtre ou des panneaux en fibre de bois.

    Un bon nombre de sociétés proposent aujourd’hui des systèmes d’isolation minces (moins de 50 mm) à fixer simplement au plafond. Grâce à une fabrication de haute technologie, la réduction des bruits avec ce genre d’isolants prêts à monter peut avoisiner les 18 dB.

    L’isolation des planchers

    Le foyer du dessus peut en avoir besoin quand il a un plancher particulièrement sensible aux impacts et aux vibrations. L’une des meilleures solutions, c’est de seconder l’existant avec un plancher dit « flottant ». Celui-ci est constitué d’une membrane d’isolants et de panneaux de même épaisseur. Il faut également que le nouveau plancher soit désolidarisé des murs par des joints. Dans le meilleur des cas, ce type d’isolation fait gagner jusqu’à 40 dB d’affaiblissement de bruits.

    L’isolation des murs

    Le système du doublage par la fixation d’un assemblage d’ossature métallique et d’isolants épais est souvent proposé en premier recours. Efficace, puisqu’elle reprend le même principe que pour une isolation par l’extérieur, cette forme d’isolation sera néanmoins plus adaptée aux grandes pièces. Effectivement, un avancement de la paroi d’un minimum de 10 cm est prévu.

    Mais d’autres possibilités permettent de minimiser la perte d’espace. C’est le cas de la pose de cloisons isolantes préfabriquées par exemple. Les isolants en forme de panneaux de 3 à 5 cm sont placés dans des colombages métalliques, puis couverts de plaques de BA 13 ou de BA 18 plus denses donc plus efficaces. On peut aussi utiliser les kits d’isolants minces faisant moins de 50 mm.

    Dans tous les cas, la mise en place de tels systèmes d’isolants nécessite un grand savoir-faire. D’abord, seul le diagnostic acoustique, souvent de l’apanage d’un acousticien confirmé, permettra d’établir les paramètres du besoin du foyer en termes de réduction de bruits. Pour cela, il procède à l’analyse de la construction et à la provenance des bruits. La pose des dispositifs isolants appelle ensuite à une grande vigilance, parce qu’une mise en place mal faite donne lieu à des ponts acoustiques, rendant tout l’ouvrage inutile.

     

    * champs obligatoires

    Back To Top