skip to Main Content

Le point sur la mousse acoustique

Le Point Sur La Mousse Acoustique

    Les isolants acoustiques modernes partent du système de masse-ressort-masse, qui comprend généralement un matériau souple et léger maintenu entre deux panneaux plus durs, se présentant sous la forme de mousses. Ces dernières présentent des perforations, qui absorbent et retiennent l’air, afin d’étouffer une bonne partie des vibrations sonores. Généralement aplanies, ces mousses peuvent parfois présenter des reliefs, surtout pour l’isolation phonique à usage professionnel. Dans ce cas précis, elles doivent toujours être découpées, jamais moulées ni extrudées. Les mousses en polyuréthane et les mousses en mélamine satisfont ces critères.

    La mousse acoustique : c’est quoi au juste ?

    Spécifiquement élaborée pour limiter la propagation des sons, la mousse a une capacité de modifier l’ambiance sonore générale d’une pièce. Ce sont des matériaux de synthèse issus du polyuréthane ou du polyéthylène. Prenant souvent la forme d’une mousse compacte alvéolée, ce dispositif favorise l’amortissement des vibrations. Plusieurs types de mousse sont présents sur le marché : sous forme de dalle, panneau acoustique ou encore en rouleaux.

    A préciser que vous devez la choisir en fonction du but recherché. Par opposition à l’isolant phonique qui, associé ou non à un autre isolant, parvient à empêcher le son de traverser une paroi, la mousse reste un absorbeur acoustique. Sa capacité absorbante est remarquable, et on l’apprécie surtout pour atténuer la réverbération des sons ou les échos dans les grands espaces comme la cantine ou les bureaux etc… De ce fait, utilisée en tant qu’isolant acoustique à proprement parler, elle ne vous sera pas d’une très grande aide à moins d’être associée à d’autres matériaux spéciaux. Et pour cause, elle ne sera efficace pour ce type d’isolation que si elle est très lourde et épaisse.  

    On peut utiliser la mousse pour isoler acoustiquement un mur, un plafond, des portes, voire des compresseurs et des véhicules automobiles. Toutefois, il convient de noter que ce n’est pas vraiment un isolant destiné à l’habitation classique. C’est l’élément de prédilection de l’industrie musicale visant à améliorer l’acoustique du local. C’est ainsi que ce sont des particuliers ayant l’ambition de créer un studio ou de pratiquer des instruments de musique comme la batterie qui y ont recours. Plutôt réservée pour ce marché de niche, ce n’est pas étonnant que la mousse soit en quelque sorte considérée comme un  produit haut de gamme.

    Il existe une grande variété de mousse, suivant la marque, l’épaisseur et la matière. Naturellement, à part sa matière, son épaisseur va aussi grandement jouer sur son efficacité. Autrement dit, l’effet acoustique d’une mousse ne sera radical qu’en fonction de sa densité. Mais pour vous aider à avoir une idée sur sa performance acoustique, prenez en compte son coefficient de réduction de bruit ou NRC (Noise Reduction Coefficient) qui est compris entre 0 et 1 ainsi que son coefficient d’absorption du son ou SRC (Sound Absorption Coefficient). L’effet de certaines mousses seront également très modéré, c’est-à-dire qu’elle ne va étouffer qu’un certain type de sons. Pour éviter ceci, tenez également compte de sa courbe d’absorption, qui doit être aussi régulière que possible.

    Les mousses en polyuréthane

    Assez communes, elles se déclinent en divers formes de reliefs et de coloris, adaptés à tous les usages. Les mousses en polyuréthane présentent de nombreux avantages, mais le principal est d’ordre financier. En effet, ce sont les moins chères sur le marché.

    Néanmoins, la taille assez grande des alvéoles réduit la surface d’absorption offerte par ces mousses. De plus, elles se dégradent plus ou moins rapidement, en prenant une teinte brune très inesthétique, et ce quelle que soit la qualité du produit. Enfin, ces mousses résistent mal au feu, et dégagent des vapeurs de chlore très toxiques au cours de leur combustion. L’ajout de certains additifs permet cependant de corriger ce défaut majeur.

    Les mousses en mélamine

    Ici, les alvéoles sont relativement plus petites et donc plus nombreuses, et l’absorption d’air en est considérablement accrue. Elles se distinguent également des mousses en polyuréthane par leur plus grande rigidité. Ainsi, la mousse en mélamine est reconnue comme étant 50% plus performante que la mousse en polyuréthane, bien que cela implique également un prix plus élevé. Les mousses en mélamine se comportent aussi bien mieux face aux flammes, sans dégager aucun gaz nocif. De plus, elles résistent aux attaques de la plupart des agents chimiques,  aux rayons ultraviolets, et à l’usure du temps. Celles-ci ne sont toutefois disponibles qu’en deux coloris, en l’occurrence blanc ou gris clair. Les mousses en mélamine sont très appréciées dans les milieux professionnels, allant des hôpitaux à l’usage aérospatial ou militaire. Cependant, du fait de leur rigidité, les mousses en mélamine résistent mal à l’abrasion.

    Les reliefs rencontrés sur ces mousses

    Variant selon leur usage, les reliefs les plus récurrents sur les panneaux de mousse isolante sont les pyramides, les sillons, et les zigzags. Ces formes permettent d’accroître la surface d’absorption des panneaux (un relief en 3D offre plus de surface d’absorption qu’une surface plane). Les dimensions des panneaux et des reliefs sont déterminés en fonction de la longueur d’onde des sons à éliminer. Leur usage est donc très spécifique.

    Pour terminer, sachez que le fait de poser une mousse isolante ne vous dispensera en rien de l’installation d’une isolation adéquate et performante. Au contraire, vous avez tout  y gagner puisqu’un bon nombre d’isolants thermique font également office d’isolation sonore et réduisent efficacement les bruits d’impact et la majorité des nuisances sonores.

     

    [sm action= »named_sr_form » form_name= »isolation_phonique »]

    Back To Top