skip to Main Content

L’isolation phonique du logement

Facteur de stress, de manque de concentration ou encore de sommeil, le bruit fait partie des petits désagréments de la vie quotidienne qu’on voudrait bien faire disparaitre. L’isolation phonique du logement permet d’atténuer, si ce n’est d’éliminer, ces nuisances sonores de nos intérieurs. Cet article a pour but d’expliquer ce qu’est l’isolation phonique dans toute son étendue.

Le son résulte d’une variation de la pression dans un milieu, par exemple l’air dans lequel nous vivons ou encore le béton d’une construction. Le son se propage par ondulations jusqu’à notre oreille qui transmet l’information à notre cerveau.

Un son se caractérise par une fréquence, une amplitude et une durée. La fréquence se mesure en Hertz (Hz). Plus un son a une fréquence élevée, plus il fait fluctuer l’air et plus nous le percevons comme aigu. De plus, une longue exposition à un son suscitera plus de gêne qu’une exposition de courte durée. Mesurée en décibel (dB), l’amplitude se traduit par le niveau de puissance d’un son : plus elle est forte, plus le son est fort.

Le bruit est un amalgame généralement désagréable de divers sons, dotés de leurs propres fréquences et amplitudes.

Normaliser la perception du bruit demeure difficile, car elle reste subjective. Une personne exposée au même bruit aura un ressenti différent selon le moment, la situation ou l’endroit où elle l’entend ou son histoire personnelle. Le bruit d’une sirène n’aura pas le même impact chez un ambulancier et un automobiliste ordinaire. De même, une personne réagira différemment au vacarme des voisins en fonction de la qualité de sa journée au travail.

L’amplitude (en dB) reste l’indicateur de choix en matière d’isolation phonique du logement. Notre oreille arrive à distinguer une variation de l’ordre de 2 à 3 dB et n’entend pas les bruits inférieurs à 3 dB. Il est à préciser que deux bruits ne s’additionnent pas pour donner un plus grand vacarme. Ceux-ci cohabitent jusqu’à un seuil à partir duquel le bruit le plus fort masquera le plus faible.

Les bruits peuvent encore être catégorisés selon leurs sources et leurs modes de propagation. Les bruits aériens se propagent dans l’air. Ils peuvent venir de l’extérieur (les passants dans la rue, un train, un avion, etc.) ou de l’intérieur (des cris, la télévision, etc.).

On distingue également les bruits de chocs (le claquement des talons sur le sol, une porte qui claque, un objet qui tombe, etc.) et les bruits d’équipement (la chasse d’eau, un robinet qui fuit, etc.).

L’isolation phonique remédie à ces bruits en réduisant leur transmission à travers une paroi (mur, plafond, plancher, etc.).

Il convient de rappeler que réduire de 10 dB le niveau d’un bruit en diminue de moitié notre perception. Mais une différence de moins de 3 dB entre 2 solutions d’isolation restera imperceptible. Ainsi, il est souvent inutile de dépenser plus pour un isolant marginalement plus performant.

Le type d’isolation variera selon le type de bruit.

Avant tout, il faut déterminer l’origine de la nuisance sonore. Deux systèmes d’isolation peuvent en venir à bout des bruits aériens. Les parois simples et le système masse-ressort-masse.

Comme son nom l’indique, une isolation phonique à simple paroi est constituée d’un unique matériau. Plus la paroi sera lourde et épaisse, mieux elle atténuera les bruits aériens. Cependant, cette solution peut vite devenir contre-productive du fait de l’épaisseur trop importante requise dans certains cas.

De ce fait, le système masse-ressort-masse est la solution la plus utilisée. Un isolant souple (le ressort) est coincé entre deux parois rigides (les masses). La première masse réverbère une partie du bruit. Le ressort réduit ensuite l’amplitude du bruit qui est arrivé à traverser la première masse. Enfin, la deuxième masse bloque encore une partie du bruit qui a traversé le ressort. Ce système permet une réduction considérable des nuisances sonores.

Le traitement des bruits d’impact nécessite un diagnostic pour repérer leur source. Une fois celle-ci identifiée, il suffit de mettre en place une isolation localisée. Par exemple, pour réduire les bruits liés au déplacement dans la maison, il convient de désolidariser le sol de la structure porteuse sous-jacente. Il sera aussi possible de mettre en place une isolation au plafond de la pièce en dessous du plancher.

Il faudra en premier lieu diminuer les émissions de bruits de l’équipement en lui-même. Si cela n’est pas possible, il faudra recourir aux solutions pour les bruits aériens.

Les solutions pour l’isolation phonique du logement sont nombreuses. Leur choix et leur installation suivent toutefois certaines règles. De plus, elles doivent être conformes aux règlementations et normes en vigueur.

Découvrez nos derniers articles

Ce qu’il faut savoir sur l’étanchéité à l’air

À l’heure actuelle où l’énergie fossile se fait rare et…

En savoir plus

Ce qu’il faut savoir sur les isolants en polystyrène

Un matériau est considéré comme un isolant lorsque sa valeur…

En savoir plus

La performance des isolants minces

Cela fait bientôt une dizaine d’années qu’une nouvelle variété d’isolants…

En savoir plus

Ce qu’il faut savoir sur les isolants en laine animale

Contrairement aux isolants en laine végétale, ceux en laines animales…

En savoir plus

Ce qu’il faut savoir sur les isolants en laine végétale

Lors de la réhabilitation d’une bâtisse ou au moment de…

En savoir plus

Ce qu’il faut savoir sur les isolants en laines minérales

Depuis le scandale de l’amiante, l’utilisation de laines minérales dans…

En savoir plus